Histoire de l’arbre de la libération

La Provence du 9 mai 2015
La Provence du 9 mai 2015

Cette inauguration a eu lieu en présence de Stéphane Ravier sénateur maire du 7ème secteur, Richard Miron adjoint aux sports ville de Marseille représentant Jean-Claude Gaudin, Sylvie Andrieu député de la 3ème circonscription de Marseille, de nombreux élus et présidents de CIQ.

A l’origine, un « arbre de la libération » avait été planté le 11 novembre 1945 par le Comité Local de Libération de Château Gombert. Il était situé dans le fond de la place devant la chapelle des Pénitents, un lieu que les Gombertois connaissent sous le nom de la place noire. Une plaque commémorative portant l’inscription : ‘ Château-Gombert – Arbre de la Libération 22-8-1944  –  Passant souviens-toi ‘ avait été posée sur la grille protégeant l’arbre.

Pendant les travaux de rénovation de la place, l’emplacement ayant été détruit, la plaque a été égarée puis retrouvée grâce à l’acharnement qu’André Pinatel a su déployer avec la complicité des services techniques de la ville.

Après de laborieuses recherches menées par Pierre Rollandin , historien Gombertois, auprès du Musée du Terroir, des archives municipales et départementales mais aussi en interrogeant les anciens du village, l’histoire de ce lieu de mémoire a pu être reconstitué.Cette plaque
commémore le 22 aout 1944, date à laquelle ont eu lieu les très violents combats qui ont précédé la libération de Marseille, explique Pierre Rollandin. Faisant suite à la plantation de l’arbre de la libération en 1945, le Comité Local de Libération ayant été dissout entretemps, ce
lieu de commémoration reçu un embellissement par la réalisation d’un entourage en béton surmonté d’une balustrade métallique financé avec l’argent qui restait en caisse. La plaque commémorative fut apposée à cette occasion le 29 aout 1948.

Château Gombert s’est mobilisé pour que cette plaque retrouve un emplacement digne de ce qu’elle représente, à l’ombre d’un bel olivier symbole d’une paix unanimement souhaitée.

A l’issue de cette inauguration a eu lieu la cérémonie de la victoire de 1945 par l’Association des Anciens Combattants de Château-Gombert.

Arbre de la liberation
Le nouvel arbre de la libération inauguré le 8 mai 2015 avec l’association des Anciens Combattants de Château Gombert.

 

 

 

 

Arbre Liberation Château Gombert
La plaque avec la belle grille hélas disparue

A l’origine, un Cèdre, avait été planté le 11 novembre 1945 par le Comité Local de Libération de Château Gombert. Il était situé dans le fond de la place devant la chapelle, un lieu que les Gombertois connaissent sous le nom de la place noire. Par la suite, en 1948, une plaque commémorative portant l’inscription : « CHÂTEAU-GOMBERT-ARBRE de la LIBERATION – 22-8-1944 – Passant souviens-toi » avait été posée sur la grille protégeant l’arbre.

Pendant les travaux de rénovation de la place, l’emplacement ayant été détruit, la plaque a été égarée puis retrouvée grâce à l’acharnement qu’André PINATEL a su déployer avec la complicité des services technique de la ville et de MPM.

Ancien emplacement
Ancien emplacement de 1948

Arbre-apres
Ce qu’il est devenu en 2013

Après de laborieuses recherches menées par Pierre ROLLANDIN, historien Gombertois, auprès du Musée du Terroir, des archives municipales et départementales mais aussi en interrogeant les anciens du village, l’histoire de ce lieu de mémoire a pu être reconstitué.

defile 22 aout 44
22 août 44 à Marseille. Photo sudwall.

Cette plaque commémore le 22 août 1944, date à laquelle ont eu lieu les très violents combats qui ont précédé la libération de Marseille. Faisant suite à la plantation de l’arbre de la libération en 1945, le Comité Local de Libération ayant été dissout entre temps, ce lieu de commémoration reçu un embellissement par la réalisation d’un entourage en béton surmonté d’une balustrade métallique financé avec l’argent qui restait en caisse. La plaque commémorative fut apposée à cette occasion le 29 aout 1948.

Château Gombert s’est mobilisé pour que cette plaque retrouve un emplacement digne de ce qu’elle représente, à l’ombre d’un bel olivier symbole d’une paix unanimement souhaitée.